Race for water - Innovations Océans sans plastiques

Date de création : 2010

Président : Marco Simeoni

Dirigeant : Franck David

Contacter l'ONG
Devenir membre / faire un don
Race for water - Innovations Océans sans plastiques

Date de création : 2010

Président : Marco Simeoni

Dirigeant : Franck David

Contacter l'ONG
Devenir membre / faire un don

Dans quel but ?

Marco Simeoni a créé cette fondation dans le but de mettre son savoir faire et sa fibre entrepreneuriale au service des océans.
La fondation Race for Water a pour but de dresser un premier bilan global de la pollution plastique présente dans nos océans, afin de proposer des solutions pour la préservation de l’eau.

Spécifique à cette ONG

Cette Fondation a deux importantes spécifications.

BIOGREEN
Via son partenariat avec Etia, ils ont développé la solution Biogreen. Leur concept permet de transformer les déchets plastique en gaz de synthèse, très riche en énergie.
C’est un système compact (fabriqué au sein de containers) qui peut être ainsi installé en quelques semaines sur des sites proches de la pollution (les îles, bords de rivières ou sur les côtes). Le traitement de 5 à 12 tonnes de plastiques usagés par jour peut commencer. On peut ainsi obtenir une production d’électricité pouvant atteindre 2.5 MWh/tonne (pour alimenter jusqu’à 6000 familles en électricité).

LE BATEAU MOD70
Suite au chavirage de leur trimaran lors de leur première expédition, Race for Water s’est équipé d’un tout nouveau catamaran révolutionnaire.
Ce navire est 100% autonome grâce au couplage de l’énergie solaire, de l’hydrogène et du vent : 500 m² de panneaux solaires disposés sur le pont supérieur (soit 93 kWh), une unité de production d’hydrogène (produite à partir de l’eau de mer) qui permet d’obtenir plus de 2600 kWh d’électricité et une voile de kite de 40 m² de surface (gérée automatiquement) permet de doubler la vitesse du navire dans certaines conditions.

Race for water - Innovations Océans sans plastiques

Lieux des actions

Ensemble des mers du Globe

En quelques dates

2017 – 2021 : RACE FOR WATER ODYSSEY

La Race for Water poursuit actuellement son engagement contre la pollution plastique. Ils sont repartis le 9 Avril 2017 pour un tour du monde de 5 ans.

Cette nouvelle expédition doit démontrer l’existence de solutions concrètes pour la préservation des océans avec:

  • Des démonstration à terre, afin d’endiguer la pollution des océans,
  • L’accélération de la transition énergétique en démontrant qu’un navire mixte solaire-hydrogène-kite est capable de réaliser un tour du monde.

Durant ce tour du monde, ils se rendent sur les plages des îles situées dans les 5 gyres de déchets afin de faire un état des lieux global de la pollution des océans.

Suivez en direct le parcours de cette mission en cliquant sur la carte.

Race for water - Innovations Océans sans plastiques

2015 : Odyssée

La première Odyssey avait pour but de réaliser le premier état des lieux global de la pollution des océans par les plastiques en se rendant sur les îles présentes au sein des vortex de déchets (gyres). Ces îles situées au cœur des gyres, agissent comme une sorte de barrage naturel au transport des déchets, les piégeant et les accumulant sur leurs côtes. Ainsi, leurs plages constituent un terrain représentatif du type et des quantités de déchets retrouvés dans les eaux environnantes.

Race for Water – Odyssée 2015 c’est: 300 jours, 17 escales, 32000 miles parcourus, 30 plages d’échantillonnage, 15420 macro-déchets récoltés, 192250 microparticules récoltées.

Race for water - Innovations Océans sans plastiques

Autres activités

Learn – Share – Act (Apprendre, Partager, Agir)

Grâce à leurs programmes, des études scientifiques ont ainsi pu être publiées dans le rapport « Analyse quantitative et qualitative des débris marins plastiques collectés sur le littoral ».

Une équipe de chercheurs de l’Université de Bordeaux travaille toujours actuellement sur les données récoltées par la première expédition afin d’étudier les effets éco-toxicologiques des micro-plastiques sur des cellules, des embryons, des larves et des juvéniles de poissons.

Partenaire majeur

Partenaires officiels et technologiques